Accéder au contenu principal

Articles

Réflexions au jour le jour sur le révolutionnaire Louis de Saint-Just, son œuvre et son action politique

  Je consacre depuis vingt ans mes recherches à Saint-Just, son éloquence et ses idées en faveur d’une organisation sociale égalitaire. Sur ce blog, je publie des textes qui, pour la plupart, sont de courtes enquêtes à partir des écrits de Saint-Just ou de documents d’époque permettant de mieux le connaître. Il complète mon site Internet où sont rendus compte de mes livres et articles scientifiques consacrés à Saint-Just.       Formulaire pour me contacter
Articles récents

Saint-Just cavalier (2) : mise au point sur une promenade au bois de Boulogne

Parfois, lorsque je songe à Saint-Just, des informations me reviennent dont je ne sais quoi penser. Ces informations prenant le plus souvent la forme d’ images me troublent car je ne parviens pas à trouver dans ma mémoire quelle est en l’origine : un document d’époque, le témoignage fiable d’un contemporain des événements révolutionnaires, ou bien une allégation vue dans un livre et que rien n’atteste ? Cette forme particulière de souvenir m’a conduite, il y a quelques mois, à chercher quel auteur avait indiqué que Saint-Just fit pousser sa moustache lors de sa première mission aux armées, puis à vérifier ce que valait un détail qui, après examen, s’est avéré n’être pas sans conséquence pour l’idée que ses biographes ont donnée de Saint-Just. On pourra consulter sur ce blog l’article que j’ai consacré à ce sujet . Le souvenir qui dernièrement m’a retenue est une anecdote en rapport avec les journées tragiques qui entraînèrent l’exécution des Robespierristes : Saint-Just aurait été v

Saint-Just cavalier : sur un trajet entre Fleurus et Paris

Le 30 juillet dernier a eu lieu au Panthéon la commémoration en l’honneur de Robespierre, de Saint-Just et des autres victimes du coup d’État du 9 Thermidor en II (27 juillet 1794). Cette manifestation s’est tenue devant le Monument à la Convention nationale , autrement appelé Autel républicain , érigé en 1913 par François-Léon Sicard à l’emplacement où Soufflot souhaitait installer l’autel religieux. L’ Autel républicain réunit une vingtaine de personnages autour d’une sculpture allégorique coiffée d’un bonnet phrygien et tenant un sabre qui figure la Convention. À sa droite, un groupe de députés, parmi lesquels on reconnaît Maximilien Robespierre , prête serment. À sa gauche, Sicard a évoqué les soldats de l’an II et les victoires militaires de la Première République contre les rois coalisés. Il a sculpté un groupe de soldats précédés de deux tambours que surplombe un homme à cheval couramment identifié à Saint-Just [1] . Le jeune Conventionnel, on le sait, mena de l’automne